Contexte

L’enseignement supérieur est devenu aujourd’hui l’un des moyens les plus pertinents de transmission et de renouvèlement des compétences et des ressources humaines dont une Nation peut avoir besoin pour maitriser son présent et se projeter dans le futur. Si une telle chose est une évidence, il n’en pas pour autant de la situation de l’enseignement supérieur en Afrique où les rédhibitoires crises scolaires ont fini par lui ôter toutes les armes qui fait de lui un vecteur de progrès et de développement : la qualité de ses formations et sa permanence et son extension dans l’espace et le temps

En effet, au Sénégal comme dans la plus part des pays du continent africain, les universités font l’objet d’intenses perturbations et installent les jeunes étudiants dans une impasse et un désarroi que seules des politiques proactives de réformes et de gouvernance alternative avec l’implication du privé peuvent arriver à entrevoir des voies de sortie de crise. Car il est évident que l’Etat seul ne peut faire face à cette crise et continuer à proposer à la jeunesse scolarisée un système de formation supérieure de qualité dans la durée tant ses moyens sont faibles et l’évolution exponentielle de la population estudiantine est devenue quasi soutenue et incontrôlable d’année en année. De ce fait, les universités publiques ne sont plus capables d’absorber le flux rentrant de nouveaux bacheliers et autres demandeurs de formations.

C’est face à ce constat que l’Université Kocc Barma a été créée pour proposer des offres de formations supérieures de qualité afin de contribuer à la continuité du renouvèlement des ressources humaines bien formées et capables de répondre convenablement aux exigences du marché du travail. En effet, le marché des demandeurs de formations s’est grandement élargi et une pilule d’écoles, instituts s’y sont investi sans parfois remplir toutes les exigences pédagogiques nécessaires pour fournir des enseignements de qualité. L’UKB issue de l’initiative de professeurs d’université forts d’une expérience d’enseignement de plus vingtaine d’année dans les universités publiques est bien placée pour apporter  un package de formations adaptées aux besoins d’une jeunesse scolarisée et autres professionnels désireux de renforcer leur capacité et d’insertions professionnelle réussie.

Dès lors, nous sommes convaincus que l’ouverture de l’université Kocc Barma permettra à un nombre important de jeunes bacheliers, d’étudiants et de professionnels de trouver une alternative sérieuse à la saturation des universités publiques et à leurs problèmes d’insertions sociale et professionnelle dans une société de plus en plus exigence en matière de compétences.

En effet, chaque année l’Université Gaston Berger et les autres universités publiques ne prennent qu’un nombre limité de bacheliers. L’université Kocc Barma qui sera installée à Saint-Louis permettra ainsi à une partie importante des bacheliers Saint-louisiens et des environs obligés de se rendre à Dakar, à Thiès, à Bambey, à Ziguinchor  ou ailleurs pour poursuivre leurs études universitaires, de trouver sur place un Etablissement d’enseignement supérieur privé adapté à leurs besoins et capable de leur fournir des formations de qualité dispensées par les meilleurs enseignants sélectionnés à travers les grandes universités du Sénégal et de la sous-région. Aussi, l’UKB fera-t-elle largement appel aux services  d’universitaires de haut niveau qui  sont à la retraite dans les deux grandes universités du Sénégal, à savoir l’UCAD et l’UGB, ambitionnent de continuer à servir encore leur pays. Leurs compétences viendront renforcer celles des autres personnels enseignants confirmés ou excellents jeunes docteurs et apporteront ainsi de la sagesse dans la formation et dans les échanges pédagogique intergénérationnelle comme le faisait en son temps Kocc Barma Fall à travers ses dictons et proverbes. Dès lors permettre à des monuments de l’enseignant supérieur et à des jeunes docteurs la possibilité de transmettre leurs connaissances et la science à de jeunes bacheliers et futures élites est pour l’UKB un en réalité la première source de motivation  de la création de l’UKB à Saint-Louis.

Ce sont cumulativement ces considérations là  qui ont fait germer l’idée de créer à Saint-Louis une université privée portant sur l’enseignement des disciplines des sciences sociales dans un premier temps, à savoir la Sociologie, les Sciences juridiques et politiques, l’Economie et la Gestion , etc.

Quant au nom UKB, il a été choisi  pour rendre hommage à un grand précurseur de la sociologie africaine nommé Kocc Barma Fall qui aurait vécu au XVIIe siècle  et serait rendu célèbre par la légende se rapportant aux significations de ses quatre touffes de cheveux dont chacune renvoie à une théorie sur le social restée jusque là non invalidée par la réalité sociale.