Le parrain

Kocc Barma, de son vrai nom Biram Maxureja Xole Fall a vécu dans le Kayor entre la fin de la 2ème  moitié  du XVIe. S (1585) et le début de celle du  XVIIe. S (1665). Il était, non seulement, un conseiller du Damel mais aussi, et surtout, un savant incontesté du social. Les observations méthodiques et très fines  qu’il faisait sur les réalités sociales de son époque lui permettaient de construire des   théories très élaborées consignées  à travers des formes d’écritures orales, que sont les dictons et les proverbes (ex : ‘‘Mag mat naa bayyi ci’m reew’’; ‘‘Buur du mbokk’’; ‘‘Doomu jiitle du doom’’). Si prés de 500 ans après la mort de Kocc, les proverbes et les dictions qui lui sont attribués, ne sont point encore sérieusement invalidés par les faits de la réalité sociale, c’est parce qu’ils étaient bien pensés dans un esprit de logique et  de rigueur méthodologique.

Mais, ce qui séduit surtout chez Kocc, c’est sa grande assurance en la validité et la fiabilité de ses théories sur le social, les quelles s’appuient toujours, en amont, sur de solides observations de la réalité sociale et des tests de vérification multiples en divers endroits et sur un temps plus ou moins prolongé. La croyance en la véracité de ses théories était telle qu’il n’hésitait à mettre en jeu sa propre vie, si ses théories soumises à la vérification publique des sages subissaient un revers quelconque. Il n’était ni mathématicien, ni physicien, mais il fut néanmoins un vrai homme de science, car la société des hommes était son champ d’expérimentation ; et les théories qu’il annonçait trouvaient bien souvent des correspondances factuelles dans la réalité de tous les jours. Pour l’essentiel, en tout cas !

C’est en hommage au génie de cet homme extraordinaire  qui a vécu réellement  en chair et en os dans le Kayor, au Sénégal,  que nous avons voulu donner à la première université privée laïque  de Saint-Louis  le nom de Kocc Barma afin que son esprit scientifique  et son amour  inébranlable pour la vérité scientifique  soit un modèle d’aspiration pour la jeunesse  étudiante des pays d’Afrique qui aspirent à l’émergence.